Vous êtes ici :
Accueil > Guide de l’assurance > Assurance auto > La Surprime jeune conducteur

La Surprime jeune conducteur


En assurance, la “surprime” est un supplément de cotisation qui s’ajoute à la cotisation normalement due par l’assuré.
Ce supplément de cotisation est décidé par l’assureur et peut avoir plusieurs causes : aggravation d’un risque, souscription d’une garantie complémentaire, fractionnement d’une prime (par exemple pouvoir payer sa cotisation mensuellement plutôt qu’annuellement), etc…

Dans le cas de la “surprime jeune conducteur” en assurance automobile ou moto, celle-ci est encadrée par la législation et trouve sa définition dans l’article A. 335-9-1 du Code des Assurances :

“En assurance de responsabilité civile automobile, la prime de référence visée à l’article 2 de l’annexe à l’article A. 121-1 peut donner lieu, pour les assurés ayant un permis de moins de trois ans et pour les assurés ayant un permis de trois ans et plus mais qui ne peuvent justifier d’une assurance effective au cours des trois dernières années précédant la souscription du contrat, à l’application d’une surprime.”

Ce qu’il faut savoir sur la surprime jeune conducteur

  • Elle ne peut dépasser 100 % de la prime de référence : c’est à dire que pour une cotisation de base à 100 €, la surprime ne peut excéder 100 € pour un montant total de prime à 200 €.
  • Pour les conducteurs ayant bénéficié d’une conduite accompagnée, la surprime est limitée à 50 % de la prime de référence (soit 50 € pour une prime de base à 100 €).
  • Après chaque année d’assurance sans sinistre responsable (à 50 ou 100 % de responsabilité), la surprime est réduite de moitié.
  • Même si vous changez de société d’assurance, la surprime peut être demandée par le nouvel assureur.

Évidemment, pour justifier de vos antécédents d’assurance, le document incontournable reste le relevé d’information.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :